specatcle de théâtre Waynak

Waynak

Waynak (t’es où ? en arabe) : six lettres sur la route de l’exil. Avec cette pièce inspirée de paroles d’enfants d’ici et de là-bas et la confrontation de deux adolescents, Waynak aborde les conflits qui secouent le monde, et questionne également notre regard occidental.

Lili et Naji, deux adolescents que tout sépare, se retrouvent dans un lieu au bord du monde. Elle est née sur le sol français, lui sur un sol en guerre. Ils se toisent, se cherchent, se calculent. Dans ce temps suspendu de la rencontre, la mémoire de Naji resurgit par fragments, bousculant Lili sur sa vision de l’existence et du monde, l’éveillant à la réalité de la guerre jusqu’alors lointaine…
Si le spectacle évoque la guerre, l’exil, l’absurdité du monde à hauteur d’enfant, il parle aussi des liens indestructibles qui se tissent lorsqu’on se reconnait dans l’Autre.

My brazza

My Brazza / REPORT

Brazzaville dans une salle de classe. C’est le pari fou de David Bobée. My Brazza est une proposition artistique et engagée hors-norme, une cartographie sensible, écrite et dansée pour quelques mètres carrés.

Le décor est planté : une salle de classe, des tables, des chaises, un tableau et des craies. C’est là que se raconte My Brazza. A partir de l’histoire de Florent Mahoukou, un danseur originaire du Congo-Brazzaville, le comédien investit une salle de classe pour raconter et danser son pays, un parcours de vie. Il livre des souvenirs, raconte Brazzaville, son pays tels qu’il les voit, tels qu’il les a rêvés, tels qu’il les a vécus, avec ses problèmes, ses élans, ses déchirures.

A travers une bouleversante chorégraphie, il dresse l’histoire du continent africain et de son inscription au monde d’aujourd’hui. Corps et mots mêlés, voilà la plus belle leçon d’histoire-géographie qui soit !

les secrets d'un gainage efficace

Les secrets d’un gainage efficace

Les filles de Simone partent à l’assaut des tabous liés au corps féminin, objet de canons de beauté et de hontes, de méconnaissances et d’idées reçues coriaces. Ce corps intime et politique, elles le déshabillent avec rage, et (quand même) une bonne dose d’humour !

Après avoir accueilli C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde en 2018, le Collectif revient avec sa dernière création. Sur scène, cinq trentenaires élaborent ensemble un livre sur le corps des femmes, soumis à tant de lois morales et d’impératifs sociaux. Vaste programme !

Avec un humour percutant et beaucoup de fraîcheur, elles se dévoilent et débattent sur les hontes, les tabous, les traumatismes, et disent tout haut ce que tout le monde vit tout bas. Elles explorent l’histoire, les religions, la presse autant que leur vécu intime. Des premières règles aux relations sexuelles, des rides aux rapports mère-fille, elles pulvérisent chacun des poncifs qui collent au corps féminin. Une performance aussi culottée que
salvatrice qui libère autant les femmes que les hommes !

les ecoeurchées

Les Ecoeurchées

Dans une langue singulière, à la fois décalée et poétique, Pierre Koestel raconte la quête identitaire de deux adolescentes étouffées par le poids des normes. Rongées par la solitude, elles vont reproduire des mécanismes de violence pour trouver la voie d’une émancipation.

Charlotte et Anaïs sont soeurs. Dans la chambre qu’elles se partagent, elles inventent des histoires où leur demi-soeur toujours trop parfaite, Sandrine, subit les pires misères. Au quotidien, les deux adolescentes souffrent régulièrement de maltraitance, au collège comme à la maison. Anaïs endure les moqueries de ses camarades à cause de son style vestimentaire. Charlotte, quant à elle, doit supporter les remarques acerbes de sa mère sur son physique et son comportement. Un jour, ça déborde et les soeurs deviennent à leur tour harceleuses pour ne plus être harcelées…